PATRICK JUVET – I love America

Sortie en juin 1978

Référence BARCLAY – 62 517

Paroles et musique Jacques Morali, Patrick Juvet et Victor Willis (le policier du groupe Village People)

Enregistrement en 1978 au Sigma Sound Studios, de New-York (États-Unis)

  • Chant : Patrick Juvet
  • Basse : Alfonso Carey
  • Congas : Errol Bennett
  • Batterie : Russell Dabney
  • Claviers : Nathaniel Wilkie
  • Guitare : Jimmy Lee et Rodger Lee
  • Percussions : Babatunde Olatunji
  • Timbales : Mario P. Grillo
  • Ingénieurs du son : Geoff Daking et Gerald Block
  • Assistants ingénieur du son : Carla Bandini, J. Paci et Vern Carlson
  • Producteurs : Henri Belolo et Jacques Morali
  • Photographe : Tony Frank

Sur les conseils de la chanteuse Nicoletta, Patrick Juvet part aux États-Unis. Voulant profiter au maximum de son séjour américain, Patrick Juvet passe ses nuits au Studio 54, la plus grande et la plus célèbre des discothèque de New-York. Lieu mythique où l’on croise Andy Wharol, Mick Jagger, Nile Rogders, Diana Ross, Cher, Elizabeth Taylor, David Bowie ou encore Jerry Hall. C’est aussi le temple de la drogue et du sexe. Il est courant de faire tomber des ballons du plafond, avec un peu de cocaïne dedans. La cocaïne tombe alors littéralement du ciel et il suffit de faire exploser les ballons.

Un soir un type tape sur l’épaule de Patrick Juvet. Il s’agit du producteur français Jacques Morali qui avec Henri Belolo, qui s’occupent alors du groupe disco, les Village People. Ils discutent longuement et Jacques Morali propose à Patrick Juvet de venir chez lui le lendemain pour qu’il lui joue quelques unes d ses compositions. Patrick Juvet accepte mais il a dans sa besace seulement une mélodie (un slow) qu’il joue au piano à Jacques Morali. Au bout de quelques notes, Jacques Morali l’arrête et lui demande de rejouer la mélodie en doublant le tempo. Patrick Juvet lui dit mais je n’ai que la musique et pas de paroles. Jacques Morali lui répond : “ce n’est rien, on va demander aux Village People”. C’est le leader de ce groupe qui co-écrit cette chanson.

Une fois la chanson enregistrée, Jacques Morali donne le premier disque au DJ du Studio 54 pour la tester. Surpris, Patrick Juvet entend sa chanson trois fois dans la même soirée et c’est un succès. Il est à noter que cette version originale dure 15 minutes.

Un mois seulement après son arrivée à New-York, Patrick Juvet devient une véritable star.

Patrick Juvet signe avec le label américain Casablanca Records pour trois albums.

Ce 45 tours s’est vendu à plus de 200 000 exemplaires en France. Il se classe numéro un dans quinze pays dont les États-Unis.

Ce titre est extrait de l’album I Love America paru en 1978.

Patrick Juvet est né le 21 août 1950 à Montreux, en Suisse. Il est découvert mort (depuis moins de trois jours) le 1er avril 2021 dans on appartement à Barcelone, en Espagne. C’est à l’âge de 6 ans, qu’il fait ses premiers pas au Conservatoire de Lausanne, où il obtient un premier prix au piano. Monté à Paris, il rencontre Eddy Barclay qui lui propose d’enregistrer un premier 45 tours durant l’automne 1971, Romantiques pas morts, puis écrit Le Lundi au soleil pour Claude François en 1972. En 1978, il connait un succès mondial avec le titre I Love America.