DANIEL BALAVOINE – L’aziza

Sortie le 14 octobre 1985

Référence BARCLAY – 006-883 484-7

Paroles et musique Daniel Balavoine

Enregistrement en juillet 1985 au Highland Studio, en Écosse

  • Chant : Daniel Balavoine
  • Guitare : John Woolloff
  • Batterie : Joe Hammer
  • Claviers : Daniel Balavoine et Matt Clifford
  • Chœurs : Alice Terell, Diane Dupuis et Paula Moore
  • Ingénieur du son : Fred Defaye
  • Producteur : Andy Scott
  • Photographe : Ken Browar

L’Aziza, signifie « la chose la plus chère »  et aussi « chérie » en arabe.

Daniel Balavoine compose cette chanson pour rendre hommage à son épouse Corinne Barcessat, d’origine juive marocaine. avec qui il vit depuis 4 ans. Ils auront deux enfants, dont une fille née en juin 1986, six mois après sa mort. C’est également un cri du cœur contre le Front National monte en puissance dans la vie politique française. Daniel Balavoine disait à propos de son épouse : “lorsque j’entends certaines personnes dire qu’il faut foutre dehors les immigrés, j’ai peur qu’on me l’enlève”.

Le solo de guitare au milieu du titre, très technique, a été réalisé par le guitariste britannique John Woolloff. L’inspiration lui serait venu après avoir regardé la prestation de Status Quo au Live Aid le 13 juillet 1985, alors que l’équipe enregistrait en Écosse.

Le 7 décembre 1985, L’Aziza obtient le prix SOS Racisme, remis par Harlem Désir lors de la Fête des Potes au Bourget, en Seine-Saint-Denis.

Ce titre est le premier single extrait de l’album Sauver l’amour qui sort le même jour, le 14 octobre 1985.

Daniel Balavoine disparaît trois mois après la sortie de cet album, lors d’un accident d’hélicoptère sur le parcours du Paris-Dakar.

Cette chanson se classe dans Top 50 dès le mois d’octobre 1985. Le choc causé par la mort tragique de Balavoine le 14 janvier 1986 augmente considérablement les ventes du single, ce qui lui permettra de se hisser en tête du Top durant huit semaines consécutives et de se vendre à plus d’un million d’exemplaires.

Ce 45 tours est certifié Disque de platine avec plus d’un million d’exemplaires vendus.

Ce titre sera même sélectionné lors des Victoires de la musique en novembre 1986 dans la catégorie « Chanson de l’année », finalement remportée par Belle-Île-en-Mer, Marie-Galante de Laurent Voulzy.